wp0f5e22a0.png

L'usine à diamants d'Arras-en-Lavedan

ou la plus belle escroquerie du XXe siècle !

wpf41bb90b.png
wp8b63dd99_0f.jpg

Quelques cartes postales anciennes montrent un endroit insolite du Val d'Azun (près d'Argelès-Gazost) : l'usine à diamants d'Arras-en-Lavedan.

Ce sont les dernières traces d'une histoire extraordinaire et authentique qui a fait sensation au début du XXe siècle.

Notre site se propose de vous raconter cette histoire incroyable, que peu de gens connaissent...

Tout d'abord faisons connaissance avec le héros de cette histoire : Henri Lemoine.

Lemoine, fils d'une excellente famille (son père fut consul de France à Trieste), commença très tôt une carrière d'escroc. A 15 ans, il vendait déjà des parts de sociétés inexistantes. Mis à la porte de chez ses parents, il fréquenta les salles de jeux et abusa à plusieurs reprises de la crédulité des touristes. Lemoine exerca dans les foires, avec un certain talent, le métier d'illusionniste.

Au début de l'histoire qui nous intéresse, Henri Lemoine vient de sortir de prison.

wpea5e0a05_0f.jpg

Henri Lemoine

wp21861fd3_0f.jpg

En janvier 1905, Henri Lemoine rencontre à Londres un diamantiaire (Henry Feldenheimer) et lui présente des diamants. Ce dernier déclare ces diamants "parfaits, absolument parfaits". Lemoine lui dévoile que ce ne sont que des imitations qu'il a lui-même fabriquées.

Interloqué, le diamantaire en parle à Sir Julius Werhner, représentant du groupe De Beers qui détient le monopole des mines de diamants d'Afrique-du-Sud. L'heure est grave, la nouvelle de la découverte de la fabrication de diamants par ce chimiste français ne doit pas s'ébruiter, le marché du diamant court à la ruine.

Avant de décider quoi que ce soit, le diamantaire ainsi que Werhner et trois autres collaborateurs (dont Francis Oates) souhaitent assister à l'expérience de la fabrication de diamants.

Nos cinq hommes se rendent à Paris, dans une maison proche du boulevard Saint-Michel, dans le soi-disant laboratoire de Lemoine.

Lemoine met de la poudre dans une coupelle, l'introduit dans un four et la retire une demi-heure plus tard dans une fumée impressionnante et un grand vacarme. Tout le monde est stupéfait : "Un diamant, un gros !".

Lemoine renouvelle avec succès l'expérience : d'autres diamants sortent du four : "Incroyable ! Véritablement incroyable !".

Après expertise des diamants, le groupe De Beers, affolé, souhaite se lier au plus vite avec le génial inventeur et propose 10 000 livres en échange de la formule.

wp93a197c4_0f.jpg

Lemoine refuse dans un premier temps. Son idée de départ était de livrer à la presse le protocole d'accord entre De Beers et lui-même, ce qui aurait entraîné un effondrement des cours. Puis, il pensait acheter les actions De Beers au plus bas avant d'annoncer que ses expériences chimiques ne donnaient pas de bons résultats. Seul hic, Lemoine ne trouva pas de concours financier pour l'aider, aussi il changea son plan. Contre les 10 000 livres, Lemoine place sa soi-disant formule dans un coffre à la banque. Ainsi personne ne pourra en prendre connaissance de son vivant. De Beers accepte et l'enveloppe est déposée à la banque Smith Ldt.

Lemoine ne s'arrête pas là et propose de poursuivre ses expériences en secret de fabrication de diamants industriels. Pour cela, il a besoin d'argent pour l'achat d'un terrain et pour la construction d'une usine. De Beers verse immédiatement un compte de 1 million. De Beers reçoit des plans et des photos de l'usine d'Arras-en-Lavedan avec la complicité de l'avocat tarbais Georges Dazet. Henri Lemoine se permet même plusieurs fois de demander des fonds supplémentaires.

Francis Oates, administrateur à la De Beers, qui a assité aux expériences soupçonne au bout de quelque temps une supercherie. Il décide Sir Werhner à entreprendre le voyage avec lui jusqu'à Argelès-Gazost pour visiter l'usine. Dès leur arrivée en France, les deux hommes gagnent Argelès où les habitants furent incapables de les renseigner. Ils se rendent à la gendarmerie d'Argelès et montrent des photos de l'usine. Les gendarmes leur disent que la construction n'est pas à Argelès, mais dans un village proche : Arras-en-Lavedan. C'est une centrale électrique qui fournit du courant à tous les villages des environs ! Oates et Werhner prennent le train immédiatement pour Paris et déposent une plainte à la Sûreté Nationale.

Lemoine fut alors démasqué et déféré devant la Justice en 1909. Malgré une enquête poussée, l'argent versé par De Beers ne fut jamais retrouvé et Mme Lemoine (avec laquelle il avait malicieusement divorcé) restait introuvable. Lemoine fut défendu par un des meilleurs avocats, qui demanda même un nouveau versement de 450 000 francs pour la poursuite des travaux.

Le public se prit de sympathie pour Lemoine qui devint une vraie célébrité. Quand la Justice française demanda à voir la formule déposée à la banque, on put lire : "Il est très difficile de fabriquer des diamants. Vous pouvez quand même essayer en cristallisant du carbone que vous soumettrez à la chaleur et à la pression voulues."

wp65df511e_0f.jpg

Au tribunal, Lemoine (à gauche) et Werhner (à droite).

wpf42b52a9_0f.jpg

Ce résumé des travaux ne constituait pas une escroquerie et Lemoine fut simplement condamné à une peine de six ans pour l'extorsion de fonds. Prisonnier modèle, Lemoine fut libéré rapidement et disparut peu de jours après. La police ne retrouva jamais sa trace... ni celle des millions soustraits à la De Beers ! M et Mme lemoine profitèrent longtemps de tout cet argent dans un pays d'Amérique du sud et ne furent plus jamais inquiétés (Tout cela n'est pas très moral, il faut bien l'avouer...).

L'affaire Lemoine fit même l'objet d'un exercice littéraire de la part de Proust où il raconte des épisodes de cette affaire en imitant le style d'un certain nombre d'écrivains (Balzac, Flaubert, ...).

Cette escroquerie est entrée dans la légende. Mais l'histoire n'a pas retenu le lieu d'Arras-en-Lavedan (que certains ont confondu avec Arras dans le Pas-de-Calais). De même, la commune d'Argelès a aussi été confondue avec Argeliers (dans l'Aude).

Source des infos : Historama n°321, Passeport pour la Bigorre, cartes postales anciennes.

"L'usine à diamants" à Arras-en-Lavedan telle qu'on pouvait la voir en 2008.  

 

C'est un des bâtiments de la centrale hydro-électrique de Nouaux, au bord du Gave d'Azun, en contrebas du village d'Arras.  

wp841d437a_0f.jpg

Photo Roger Bonifassi

Notre site a retrouvé un célèbre journal de l'époque (début 1908) : L'Illustration. Le journaliste présente le "Problème du Diamant" sous différents aspects. En voici quelques extraits :

wpce43a50c_0f.jpg
wp3471ecb0_0f.jpg
wp3fd89705_0f.jpg
wpc605d1b6_0f.jpg
wpb039ab04_0f.jpg
wpa92d97cd_0f.jpg
wpff843581_0f.jpg
wpaf322b55_0f.jpg
wp3fc7cf5e_0f.jpg
wpf87820f4_0f.jpg
wp514184ee_0f.jpg

Un autre journal de janvier 1908 : Le Monde Illustré :

wp473bf4e6_0f.jpg
wp713c9c18_0f.jpg
wp413ce7d1_0f.jpg
wp576658fd.png